Trop fatigué pour méditer ?

Pixabay
Source : Pixabay

J’ai souvent entendu dire : « Je suis trop fatigué pour méditer ». Ou encore : « Je commence à méditer, puis je m’éteins », ou « Mon esprit ne tient pas en place ; il court dans tous les sens ». Parfois, lorsque votre énergie est trop faible, vous ne pouvez pas empêcher votre esprit de vagabonder vers le travail, votre partenaire, des objectifs imminents ou des bruits autour de vous. Un de mes amis a utilisé la métaphore suivante : « c’est comme des gouttes d’eau qui grésillent sur une plaque de cuisson ».

L’une des raisons les plus courantes de cet effet est que vous avez besoin d’une certaine quantité d’énergie psychique pour rassembler votre esprit et le concentrer là où vous le souhaitez. Cet effet de « dispersion » que vous ressentez peut également se produire lorsque votre énergie est trop élevée – comme lorsque vous vous sentez « branché ». Mais pour cette discussion, je veux aborder le problème du manque d’énergie.

Beaucoup d’entre nous utilisent le terme  » pleine conscience » comme synonyme de « présence ». C’est une bonne chose, car cela nous rappelle l’importance d’être présent à un moment donné. Là encore, le problème est que parfois nous sommes « là », nous sommes présents, mais notre faisceau d’attention semble s’affaiblir ou s’estomper. Cela vous arrive-t-il souvent juste avant d’entrer dans l’état de calme souhaité ? Cela peut se produire en méditation. Si c’est le cas, que faites-vous ?

Considérez la pleine conscience comme une énergie qui peut affecter la force de votre attention. Ou, comme le dit le moine bouddhiste Thich Nhat Hanh, l’énergie de l’éveil au moment présent. Se référer à la pleine conscience de cette manière, en tant qu’énergie, peut nous aider à comprendre comment mieux l’autoréguler.

Essayez ceci !

Identifiez la force de votre attention. En vous observant lorsque votre attention est bonne, vous serez en mesure de mieux mesurer la distance qui vous sépare de votre « zone de confort » attentionnel, afin de pouvoir vous autoréguler si nécessaire.

  1. Commencez par vous concentrer sur tout ce qui se trouve dans votre environnement.
  2. Demandez-vous : « Quelle est l’intensité de mon attention en ce moment ? ».
  3. Évaluez votre capacité d’attention comme suit :

Notez votre évaluation dans un bloc-notes. Indiquez la date, le jour, l’heure, le lieu et la tâche que vous effectuez. Cela vous donnera une idée de la mesure. Utilisez une note de cinq étoiles.

l’article continue après l’annonce
  • 1 étoile :Dispersé/envahi par l’esprit
  • 2 étoiles : L’énergie doit être considérablement modifiée, trop terne/fatigué pour être attentif ou trop excité pour être attentif.
  • 3 étoiles : Peut être attentif mais l’énergie a besoin d’être augmentée ou diminuée
  • 4 étoiles : L’attention et l’énergie sont bonnes
  • 5 étoiles : L’attention et l’énergie sont excellentes, pointues et rapides

Répétez l’exercice plusieurs fois dans la journée. Voyez si vos notes sont plus ou moins élevées. Examinez ce qui a changé afin de commencer à voir quels éléments (internes ou externes), ainsi que les tâches, ont un impact sur votre attention. Savoir de quoi il s’agit vous aidera à les réguler.

Condensez votre énergie

Dans l’entraînement aux arts martiaux, il existe une activité appelée condensation de l’énergie. Il s’agit d’une technique de respiration destinée à vous donner un plus grand élan lorsque votre jauge d’énergie est basse. J’ai partagé cette technique avec de nombreuses personnes lors d’ateliers et de présentations, dans des articles et des livres. Il n’est pas nécessaire d’être un artiste martial ou de fréquenter un dojo pour utiliser ce merveilleux outil. Il suffit de suivre quelques étapes.

  1. Commencez par respirer lentement et profondément, en inspirant naturellement par le nez et en expirant par la bouche. Essayez de détendre les différents endroits de votre corps où vous vous sentez tendu.
  2. Visualisez-vous en train d’extraire de l’énergie de vos membres et de la terre sous vos pieds. Visualisez cette énergie – en utilisant vos respirations – et dirigez-la vers le centre de votre corps. Puis « voyez » cette énergie se condenser à chaque respiration dans un espace de plus en plus petit, jusqu’à ce que vous puissiez la visualiser dans un paquet serré de la taille d’un morceau de sucre.
  3. Respirez par le ventre, puis expirez et imaginez que l’énergie sort « comme des rayons de lumière » à travers tout votre corps et sentez votre énergie monter en flèche. Vous pouvez faire preuve de créativité et utiliser vos propres images. L’image ci-dessus est juste là pour vous donner une idée.

Si l’énergie est votre obstacle pendant la méditation, l’identification de votre zone d’attention et l’apprentissage de la condensation de votre énergie pourraient vous donner le coup de pouce que vous recherchez.