Pourquoi payer 200 000 dollars pour « posséder » un clip vidéo de LeBron James ?

« Objectivement, un clip vidéo de LeBron James en train de faire un dunk ne vaut pas 208 000 dollars. Un chat de dessin animé ne vaut pas plus de 100 000 dollars. Un selfie de Lindsey Lohan ne vaut pas 59 000 dollars ». – Zachary Crockett.

Les jetons non fongibles (NFT) sont des objets de collection numériques. Ces derniers temps, ils font l’objet de toutes les atten tions en raison des sommes astronomiques et bizarres que les gens sont prêts à débourser pour les acquérir. Voici trois exemples de NFT que vous pouvez posséder en ce moment même et le prix que vous devriez payer pour les acquérir :

Qu’est-ce qu’un NFT ?

Un jeton non fongible est un objet de collection numérique. En bref, il s’agit d’une preuve incorruptible, basée sur la blockchain, de la propriété d’un actif numérique unique, comme le clip vidéo de LeBron James ou le tweet de Jack Dorsey. Comme le souligne Zachary Crockett dans son analyse très lisible de la récente popularité des NFT,

« Un NFT peut représenter n’importe quel type d’actif numérique : une œuvre d’art, un fichier audio, un clip vidéo, un terrain virtuel. Le NFT n’est pas l’œuvre d’art elle-même ; c’est un morceau de code sur un grand livre numérique (blockchain) qui indique où se trouve l’œuvre d’art – généralement sur un serveur quelque part ailleurs ».

Le fait de posséder le NFT du clip de LeBron ou du tweet de Dorsey ne confère au propriétaire aucun droit d’auteur ou de licence sur ces actifs numériques. Ces éléments sont largement disponibles sur l’ensemble de l’internet, quel que soit le propriétaire de leur NFT. Contrairement à d’autres actifs tels que les maisons de location ou la bibliothèque des chansons des Beatles, la possession d’un actif numérique renommé avec un NFT ne génère pas de redevances ou d’autres types de revenus. D’où la question suivante :

l’article continue après l’annonce

Pourquoi les gens paient-ils des sommes absurdes pour posséder des jetons non fongibles?

Certains observateurs ont expliqué les valeurs astronomiques des NFT par des raisons conjoncturelles telles que l’augmentation exponentielle du nombre de consommateurs aux poches profondes (et fatigués de Covid-19 ) qui réclament des NFT, l’énorme enthousiasme pour les crypto-monnaies qui sont également basées sur la technologie blockchain, et un passage généralisé du physique au numérique induit par une pandémie. D’autres ont avancé des raisons psychologiques qui semblent raisonnables, comme le fait que, par nature, les NFT sont authentiques et rares (voir la vidéo ci-dessous du propriétaire qui brûle une œuvre d’art physique de Banksy pour augmenter de manière disproportionnée la valeur de son NFT).

Toutefois, en l’absence d’études psychologiques approfondies sur l’évaluation des NFT, qui ne seront peut-être pas réalisées avant des mois ou des années, aucune de ces explications n’est convaincante. Beaucoup de choses sont authentiques, mais peu d’entre elles méritent que l’on y consacre de grosses sommes d’argent. LeBron James a probablement fait des centaines de dunks et de paniers décisifs au fil des ans, et Jack Dorsey a tweeté des milliers de fois (et d’innombrables célébrités de même rang ont tweeté pour la première fois). La rareté de ces actifs numériques est discutable ; au contraire, on peut affirmer que, quelle que soit la façon dont ils sont définis, les actifs numériques sont abondants.

La motivation spéculative : La Niftymania

En tant qu’universitaire intéressé par la psychologie des prix, je soutiens une explication beaucoup plus parcimonieuse : la spéculation. Le seul avantage économique évident de l’achat d’un NFT est que, comme tout autre bien, il peut être vendu à un autre acheteur intéressé à l’avenir.

Claudio Schwartz/ Unsplash/ Licensed Under CC BY 2.0
Source : Claudio Schwartz/ Unsplash/ Licence CC BY 2.0

En ce moment, les prix de nombreux NFT augmentent rapidement, doublant, triplant, voire plus en quelques semaines. De nombreux acheteurs de NFT ont déjà revendu leurs achats en réalisant des profits gigantesques. Les acheteurs actuels de NFT et les acheteurs potentiels s’attendent à ce que cette tendance se poursuive et à ce qu’ils fassent un malheur en revendant leurs acquisitions dans un avenir proche. C’est exactement le même raisonnement psychologique qui a conduit à ce qu’un petit bouquet de tulipes communes coûte autant qu’une maison au début de l’année 1637 aux Pays-Bas, à ce que le prix d’une maison double en cinq ans en Californie en 2005, et à ce qu’une action du détaillant en difficulté GameStop coûte 483 dollars au début de l’année 2021.

l’article continue après l’annonce

Les fondateurs de la plateforme Valuables expliquent la valeur d’un NFT dans les FAQ de leur site:

« Posséder un contenu numérique peut constituer un investissement financier, avoir une valeur sentimentale et créer une relation entre le collectionneur et le créateur. Comme un autographe sur une carte de baseball, le NFT lui-même est l’autographe du créateur sur le contenu, ce qui le rend rare, unique et précieux ».

Comment le fait de posséder quelques lignes de code informatique peut-il avoir une valeur sentimentale ou créer une relation avec une superstar du sport, un artiste de renom ou un magnat des affaires ? À l’heure actuelle, il me semble que la possibilité d’une manne financière provenant d’une appréciation de la valeur des NFT est le principal moteur des prix stratosphériques. Nous sommes en pleine frénésie spéculative. Le seul nom qui convienne est NFTmania (prononcé Niftymania).