Pourquoi ne devrais-je pas rester en colère ?

Points clés

  • La colère est une émotion utile, mais elle peut devenir toxique.
  • Cultiver la conscience du moment et de la raison de la colère.
  • Essayez de garder votre colère productive et veillez à ce qu’elle ne prenne pas le dessus sur votre vie.
 Yogendra Singh/Unsplash
Colère
Source : Yogendra Singh/Unsplash

Ces derniers temps, tout le monde semble être en colère. Nous l’entendons dans les paroles des chansons, dans les actions des célébrités et des hommes politiques, et dans celles des citoyens frustrés par le gouvernement.

La colère est un moyen de se faire entendre, de lutter pour ses droits et de faire savoir qu’on ne peut pas nous prendre pour acquis. Il est communément admis que la colère nous protège et qu’elle peut être notre meilleure arme contre les mauvais traitements. J’admets qu’il est séduisant d’être en colère. Le fait de communiquer aux autres que nous sommes en colère nous confère un certain pouvoir, car nous avons l’impression d’être pris plus au sérieux. Avant d’être en colère, personne ne nous écoutait. Personne ne s’intéressait à ce que nous avions à dire jusqu’à ce que notre voix s’élève et prenne un ton énergique. Maintenant, les gens savent que nous sommes sérieux.

Bien que la source de notre colère soit souvent justifiée, les actions qui découlent de nos émotions peuvent avoir des conséquences néfastes. C’est ce qui fait de la colère un outil délicat à utiliser dans nos relations avec les autres et dans la lutte pour nos droits. Souvent, lorsque nous nous sentons en colère, il nous semble que c’est une bonne idée d’agir, mais nous le regrettons par la suite. Ou, même si nous ne le faisons pas, les autres nous font savoir comment notre colère les a affectés ou a affecté notre relation avec eux.

Vous trouverez ci-dessous quelques facteurs à prendre en compte pour déterminer quand et comment exprimer votre colère. Il est important de se rappeler que la colère n’est pas une mauvaise émotion, mais que, selon la manière dont elle est exprimée, elle peut avoir de bons résultats ou causer des dommages considérables.

Réfléchissez aux raisons de votre colère.

Il existe de nombreuses raisons d’être en colère, que ce soit dans notre vie personnelle ou dans le monde en général. Cela ne signifie pas pour autant que nous devons être en colère pour ces raisons. La colère perd de son sens lorsque nous l’utilisons comme réaction à tout ce qui nous dérange.

l’article continue après l’annonce

Parce que la colère peut être une source de motivation, en nous faisant savoir que quelque chose ne va pas, que ce soit dans notre monde ou dans la société, le fait de choisir avec soin les raisons pour lesquelles on se met en colère protège sa valeur. Par exemple, crier après le garçon de café parce qu’il s’est trompé de boisson ne vaut peut-être pas la peine de se mettre en colère, alors qu’il est important de se mettre en colère contre son partenaire parce qu’il ne tient pas compte de ses sentiments lors d’une décision importante. Lorsque nous armons notre colère pour de nombreuses petites choses, elle devient notre réaction par défaut. Les autres peuvent ne pas nous prendre au sérieux parce qu’ils ont l’impression que nous sommes souvent en colère et que nous nous sentons émotionnellement déclenchés.

Réfléchir aux meilleures raisons d’être en colère est ce qui nous donne vraiment du pouvoir. Nous contrôlons notre colère plutôt qu’elle ne nous contrôle.

Comprendre comment la colère vous affecte physiquement et émotionnellement.

Lorsque nous sommes déclenchés et que nous nous mettons en colère, les choses peuvent aller très vite. Avant même de nous en rendre compte, nous avons perdu le contrôle et nous sommes émotionnellement réactifs. De nombreuses personnes se disent épuisées après un accès de colère, ressentant de la fatigue, des maux de tête, une accélération du rythme cardiaque, une élévation de la tension artérielle et une augmentation de la température corporelle. Elles peuvent également avoir les larmes aux yeux, se sentir tristes, regretter leur réaction ou être anxieuses à l’idée de ce qui va se passer ensuite. Il est important pour notre santé physique et mentale de comprendre comment notre corps et notre cerveau réagissent à une colère intense.

Dans certaines circonstances, il est important de reconnaître que quelque chose a provoqué notre colère et d’identifier cette chose. Dans ces moments-là, avant de réagir, prenez note de la façon dont vous vous sentez physiquement et identifiez les autres pensées et sentiments que vous aviez. C’est ce que j’appelle « être en colère en pleine conscience », et cela peut faire la différence entre bien utiliser la colère et la laisser prendre le contrôle. Si vous y parvenez, vous ne subirez peut-être pas les conséquences physiques et émotionnelles d’une colère incontrôlée.

Comprendre comment votre colère affecte les autres.

Nous avons tous le droit de nous mettre en colère et nous savons que la colère est une émotion importante à reconnaître, mais une colère incontrôlée peut être toxique non seulement pour vous, mais aussi pour les personnes qui vous entourent. Il est essentiel de comprendre que nos émotions ne concernent pas que nous, mais qu’elles affectent nos relations avec les autres. Bien que l’opinion des autres ne doive pas dominer nos pensées, elle est importante dans la mesure où nous voulons des relations saines. Lorsque nous sommes en colère contre les autres, nous devons réfléchir à la manière de communiquer efficacement nos sentiments afin de maximiser nos chances d’être entendus et compris. Une colère trop intense conduit souvent les autres à se fermer et à ne plus vouloir continuer à nous écouter ni chercher à mieux comprendre notre point de vue.

En fin de compte, nous pouvons être à l’écoute de notre colère sans la laisser s’intensifier au point de nous affecter physiquement et émotionnellement. Et nous pouvons faire savoir aux autres que nous sommes en colère contre eux sans que cela n’affecte négativement nos relations. La colère n’a pas besoin d’être intense pour que nous fassions passer notre message, ni de briser nos relations pour résoudre notre conflit. La colère peut être bien gérée si nous gardons le contrôle.