Plus qu’une simple étiquette : Un guide complet des 21 identités lesbiennes

Imaginez : un quilt vibrant composé de 21 patchs uniques, chacun symbolisant une expression unique de l’amour et de l’identité.

Telle est notre communauté lesbienne, une riche tapisserie qui va bien au-delà des stéréotypes de la société.

Avec des nuances aussi variées que celles de l’arc-en-ciel, il est temps d’approfondir la diversité des lesbiennes.

Nous vous présentons 21 identités lesbiennes distinctes, chacune avec sa propre histoire et ses propres couleurs.

Prêt à élargir votre compréhension et à vous libérer des clichés ?

C’est une bonne chose que vous vous renseigniez sur cette communauté diverse et étonnante.

21 types de lesbiennes

Sous le terme générique de « lesbienne » se cache un monde foisonnant d’identités distinctes.

Célébrons ces variations, en décomposant les différents types de lesbianisme qui enrichissent nos perspectives sur cette communauté dynamique.

Entrez dans ce kaléidoscope d’identités et apprenons ensemble.

1. « La lesbienne butch

Commençons par une identité qui n’est pas étrangère à la plupart d’entre nous : la lesbienne butch. Elles se présentent généralement d’une manière que la société pourrait qualifier de « traditionnellement masculine ». Vous savez, les cheveux courts, un maquillage minimal et une affinité pour les pantalons plutôt que les robes.

Mais il est important de se rappeler que l’expression « Butch » ne consiste pas à imiter les hommes ; il s’agit d’embrasser une expression unique de la féminité qui défie les normes stéréotypées du genre.

two women smiling with arms around each other Types of Lesbians

Leur bravoure et leur audace à défier les attentes de la société les rendent remarquables. Mais ne tirez pas de conclusions hâtives : elles sont aussi différentes les unes des autres au sein de leur groupe !

2. « La femme lesbienne

De l’autre côté du spectre, nous avons les lesbiennes femmes. Elles embrassent la féminité dans toute sa plénitude, se maquillent, portent des robes et tout ce qui est typiquement considéré comme « girly ». Mais c’est là que les choses deviennent intéressantes : si elles se fondent dans la féminité classique, elles n’essaient pas nécessairement d’attirer le regard des hommes.

Elles expriment plutôt une version de la féminité qui leur est personnelle et qui leur donne du pouvoir, attirant ainsi qui bon leur semble. Les femmes nous rappellent que la force et la féminité ne s’excluent pas mutuellement et qu’il n’y a pas de « bonne » façon d’être une femme.

3. « La lesbienne chapstick ou soft butch »

Le Chapstick, ou Soft Butch, est un savoureux mélange de Butch et de Femme. Ils oscillent confortablement entre les stéréotypes masculins et féminins, combinant souvent des éléments des deux côtés du spectre.

Un jour, elles peuvent porter un jean et un T-shirt, et le lendemain, elles peuvent opter pour une jolie robe de soleil. Leur fluidité et leur capacité à s’affranchir des constructions binaires, en embrassant un mélange de féminité et de masculinité, sont vraiment magnifiques.

Les lesbiennes de Chapstick nous rappellent que les identités peuvent être fluides, et non enfermées dans des frontières rigides. Et elles le font avec un style qui leur est propre !

4. « La lesbienne au rouge à lèvres

Vient ensuite la lesbienne rouge à lèvres, souvent considérée comme un sous-ensemble de la catégorie Femme. Les lesbiennes Lipstick se délectent d’une grande féminité et sont généralement attirées par des femmes du même style. Elles adorent le maquillage, les talons et les robes – tout ce qui est conventionnellement féminin.

Mais n’oubliez pas que leur affinité pour l’esthétique traditionnellement féminine ne dicte pas nécessairement leur rôle dans les relations. Elles détruisent l’idée fausse selon laquelle l’apparence équivaut à la personnalité ou au comportement, montrant au monde que la féminité et le lesbianisme ne sont pas incompatibles.

5. « La lesbienne de Boi

Ne vous laissez pas tromper par l’orthographe, « Boi » n’est pas synonyme de « boy ». Les lesbiennes Boi se présentent généralement comme des garçons manqués ou des androgynes, tendant souvent vers une apparence plus masculine, sans toutefois atteindre l’intensité de Butch.

Ils défient les attentes en matière de genre en adoptant des caractéristiques des deux côtés du fossé entre les sexes, tout en conservant leur saveur unique. Leur identité est une affirmation de la fluidité de l’expression du genre et de sa déconnexion du sexe biologique.

Les lesbiennes boi prouvent que l’identité et la présentation de genre sont un spectre, et non une brique.

6. « La lesbienne butch en pierre

Les lesbiennes Stone Butch poussent l’identité Butch un peu plus loin, en affichant des traits masculins plus marqués. Il est intéressant de noter que le terme « Stone » fait davantage référence à leur comportement sexuel qu’à leur apparence ; elles préfèrent généralement donner du plaisir plutôt que d’en recevoir pendant les rapports sexuels.

Il ne s’agit pas d’une règle stricte, mais plutôt d’une tendance. Les lesbiennes Stone Butch nous rappellent que les rôles et les comportements sexuels ne sont pas limités par le genre. Elles brisent les attentes en matière de présentation des sexes et d’intimité sexuelle, redéfinissant ainsi la dynamique des relations lesbiennes.

Leur existence remet en question les stéréotypes sur la passivité féminine et met en lumière la diversité du paysage du désir.

7. « La lesbienne de l’étoile d’or »

La lesbienne Gold Star est une femme qui n’a jamais eu de relations sexuelles ou romantiques qu’avec d’autres femmes. Bien que ce terme puisse sembler être un insigne d’honneur, il est important de souligner qu’il n’établit pas une hiérarchie d' »authenticité » au sein de la communauté lesbienne.

two women smiling holding baby Types of Lesbians

Cette expression ne fait que souligner la diversité des parcours de découverte de la sexualité. Certaines lesbiennes peuvent avoir exploré des relations avec des hommes avant de se rendre compte de leur attirance exclusive pour les femmes, tandis que d’autres, comme les lesbiennes Gold Star, peuvent n’avoir connu que des attirances envers le même sexe.

Leurs expériences mettent en lumière la diversité des parcours de découverte et d’acceptation de l’identité lesbienne, nous rappelant qu’il n’existe pas d’expérience lesbienne unique. Les Gold Star Lesbians nous enseignent que le chemin de chaque individu vers son unicité est valable à sa manière.

8. « Le Hasbian

Les hasbiennes sont des femmes qui se sont autrefois identifiées comme lesbiennes, mais qui s’identifient aujourd’hui comme hétérosexuelles ou bisexuelles. Leur parcours offre une perspective différente sur la sexualité, qui n’est pas figée mais capable d’évoluer au fil du temps.

Ils reflètent la fluidité de la sexualité au cours d’une vie, démontrant que les identités peuvent évoluer à mesure que les gens explorent et comprennent mieux leurs désirs. Il ne s’agit pas de changer d’équipe, mais de reconnaître que l’orientation sexuelle peut parfois être un voyage plutôt qu’une destination fixe.

Leurs histoires donnent un aperçu de la complexité de la sexualité humaine et soulignent la valeur de la croissance personnelle et de la découverte de soi dans notre cheminement vers la compréhension de nos propres identités.

9. « La digue du sport

Les gouines sportives sont des lesbiennes passionnées de sport, qui participent souvent à des activités athlétiques ou les suivent avec avidité. Bien que cela puisse sembler un stéréotype, il s’agit simplement d’un descripteur pour les lesbiennes qui s’identifient au style de vie athlétique.

Leur passion sportive n’est pas seulement un passe-temps ou une carrière ; elle fait partie intégrante de leur identité et influence souvent leurs cercles sociaux et leurs choix de vie. Cependant, il est essentiel de savoir que le fait d’être une gouine sportive ne dicte pas l’esthétique ou les manières.

Elles peuvent être Femme, Butch ou tout ce qui se situe entre les deux, démontrant ainsi que les intérêts et les passions ne sont pas liés à la présentation du genre. Sport Dykes réaffirme le fait que les lesbiennes, comme n’importe qui d’autre, sont des individus aux multiples facettes et aux intérêts variés.

10. « La lesbienne puissante

Les Power Lesbians sont une force avec laquelle il faut compter dans leur sphère professionnelle. Elles sont orientées vers la carrière, ambitieuses et occupent souvent des postes influents dans leur secteur d’activité. Elles s’épanouissent généralement dans des secteurs traditionnellement dominés par les hommes, brisant les barrières et faisant sentir leur présence.

Leur ambition et leur réussite contribuent à remettre en question les idées fausses de la société sur le rôle des femmes et des personnes LGBTQ+ dans le monde professionnel. Cependant, leur orientation professionnelle ne détermine pas strictement leur personnalité ou la dynamique de leur relation.

Les Power Lesbians incarnent la philosophie selon laquelle la sexualité et la réussite professionnelle n’ont aucune incidence l’une sur l’autre et que l’excellence n’a pas de sexe ni d’orientation sexuelle.

11. « Le bébé digue »

Une Baby Dyke est un terme affectueusement utilisé pour désigner les femmes qui ont récemment fait leur coming-out en tant que lesbiennes. Cela peut se produire à tout âge – ce n’est pas le nombre de bougies sur votre gâteau d’anniversaire qui compte, mais le moment où vous embrassez et annoncez votre identité lesbienne.

two women facing and holding each other Types of Lesbians

Le « Baby » de Baby Dyke évoque la fraîcheur et la nouveauté de cette étape de leur parcours. Ces femmes sont peut-être encore en train de découvrir la culture, les normes et l’histoire lesbiennes, et de trouver leur place au sein de la communauté.

Les Baby Dykes nous rappellent le courage qu’il faut pour sortir du placard, la joie de l’acceptation de soi et le voyage permanent de découverte de soi qui accompagne l’acceptation de sa véritable identité.

12. « La lesbienne de Lone Star »

La lesbienne Lone Star est similaire à la lesbienne Gold Star, mais avec une petite différence. Il s’agit de femmes qui n’ont eu qu’un seul rapport sexuel ou une seule relation avec une femme. Elles peuvent éventuellement s’interroger sur leur sexualité, l’explorer ou se considérer comme pleinement lesbiennes.

Les Lone Star Lesbians démontrent qu’il n’y a pas de quantité prédéterminée d’expérience nécessaire pour revendiquer son identité lesbienne. Elles prouvent que la sexualité n’est pas une question de chiffres, mais de sentiments et d’expériences personnelles.

Leurs récits démontrent qu’il n’est jamais trop tard pour explorer son individualité, et que la compréhension de soi et les étiquettes sont un voyage personnel.

13. « La princesse de l’oreiller

Une princesse de l’oreiller est un terme utilisé dans la communauté lesbienne pour désigner une femme qui préfère recevoir du plaisir sexuel mais qui a tendance à ne pas rendre la pareille. Il s’agit moins d’égoïsme que de zones de confort personnelles et de préférences en matière d’intimité.

Bien que cela puisse faire sourciller, le consentement et l’accord mutuel sont des éléments clés de toute dynamique relationnelle. Les princesses de l’oreiller ne sont pas passives ou soumises par défaut ; elles ont simplement des préférences différentes au lit.

Ils réaffirment qu’il n’y a pas de façon « normale » ou « correcte » de s’engager dans l’intimité sexuelle et que le plaisir et le confort dans une relation sont différents pour chacun.

14. « La lesbienne qui ne me touche pas »

Les lesbiennes Touch-me-not ressemblent un peu aux princesses de l’oreiller, mais elles ont une aversion plus intense pour les attouchements. Elles jouent généralement un rôle dominant lors des activités sexuelles, prenant plaisir à faire plaisir à leur partenaire sans réciprocité.

Cela n’implique pas un manque de désir ou de plaisir, mais plutôt un type d’intimité différent qui correspond à leur confort et à leurs préférences. Les lesbiennes Touch-me-not insistent sur l’idée que le consentement, le confort et les limites personnelles sont les éléments les plus importants de toute relation sexuelle.

Leur présence souligne la nécessité de comprendre et de respecter les préférences de chacun sans porter de jugement.

15. « La lesbienne militante

Les lesbiennes militantes sont très impliquées dans la défense des droits des personnes LGBTQ+, consacrant souvent beaucoup de temps et d’énergie à l’activisme social. Si toutes les lesbiennes sont, d’une certaine manière, des militantes naturelles du fait qu’elles vivent ouvertement dans une société hétéronormative, ces femmes vont encore plus loin en travaillant activement pour la cause.

Leur action militante peut consister à participer à des défilés de la fierté, à soutenir des organisations LGBTQ+, à faire pression pour modifier les politiques ou simplement à informer les autres sur les questions LGBTQ+. Leur militantisme fait partie de leur identité au même titre que leur orientation sexuelle.

Les lesbiennes militantes rappellent l’histoire politique de la communauté lesbienne et la lutte permanente pour l’égalité et l’acceptation.

16. « La lesbienne de l’étalon

Les lesbiennes Stud, terme plus répandu dans les communautés afro-américaine et latino-américaine, sont similaires aux lesbiennes Butch par leur présentation typiquement masculine. Toutefois, l’identité est beaucoup plus nuancée et comporte des connotations culturelles qui la différencient de l’étiquette Butch.

Les étudiantes assument souvent le rôle dominant dans une relation, tant sur le plan social que sexuel. Leur expression de la masculinité est définie par leur contexte culturel, ce qui prouve que les identités lesbiennes sont intersectionnelles et influencées par la race, l’ethnicité et les antécédents culturels.

Studs met en lumière la diversité au sein de la communauté lesbienne et les différentes façons dont les identités lesbiennes peuvent être exprimées et vécues.

17. « La digue du diesel

Le terme Diesel Dyke, souvent mal compris, désigne simplement les lesbiennes qui exercent des professions ou des loisirs traditionnellement masculins, tels que la mécanique, la construction ou d’autres métiers physiques.

Toutefois, il est essentiel de noter que leur penchant professionnel ou hobbyiste ne définit pas automatiquement leur présentation de genre ou leurs rôles relationnels. Ils peuvent être Butch, Femme, ou tout ce qui se situe entre les deux.

Les Diesel Dykes remettent en question les stéréotypes de genre dans les espaces de travail et de loisirs, en montrant que l’intérêt, le talent et la profession n’ont pas de sexe.

18. « La lesbienne en blue-jeans

Les lesbiennes Blue Jeans pourraient être décrites comme les « habilleuses décontractées » de la communauté lesbienne. Elles sont bien dans leur peau et préfèrent le confort quotidien à la haute couture ou à une tenue vestimentaire spécifique.

Denim, t-shirts, baskets : c’est leur style de prédilection. Ce terme vise moins à catégoriser qu’à mettre en évidence la diversité des préférences esthétiques au sein de la communauté. Jeans bleus

Les lesbiennes incarnent l’idée que le confort et l’authenticité dans sa peau sont ce qui compte vraiment et que les choix vestimentaires d’une personne ne reflètent pas nécessairement son orientation sexuelle ou son identité de genre.


Plus d’articles connexes

Votre mari pourrait-il être gay ? 9 signes qu’il l’est et qu’il le cache

Êtes-vous une femme attirée par une autre femme ? 14 signes que c’est plus qu’une simple amitié

Élevez votre vie amoureuse : Découvrir les 21 traits d’une femme de grande valeur


19. « La lesbienne Drag King »

Les lesbiennes drag-king sont des artistes qui adoptent la forme artistique de la drague, s’habillant souvent de vêtements masculins exagérés et personnifiant des stéréotypes masculins pour leurs performances sur scène. Il est important de préciser que le travestissement est une forme de performance et qu’il n’est pas nécessairement lié à l’identité de l’artiste en dehors de la scène.

Drag King Lesbians contribue à la riche tapisserie de la culture queer, en remettant en question les normes de genre et en offrant à la communauté un espace pour explorer et jouer avec la présentation du genre.

Ils révèlent également l’importance de l’humour, de l’art et de la performance en tant qu’outils d’expression de l’identité et de plaidoyer en faveur d’un changement sociétal.

20. « The LUG – Lesbian Until Graduation (Lesbiennes jusqu’à l’obtention du diplôme)

Le terme LUG fait référence aux femmes qui s’identifient comme lesbiennes pendant leurs années d’études, mais pas nécessairement après. Ce terme peut parfois être controversé car il est accusé de considérer le lesbianisme comme une « phase ».

Cependant, il met également en évidence la fluidité de l’orientation sexuelle, ainsi que l’expérimentation et la découverte de soi qui ont souvent lieu pendant les années d’université. Les LUG peuvent plus tard s’identifier comme hétérosexuels ou bisexuels, ou continuer à s’identifier comme lesbiennes.

Leurs expériences soulignent le fait que le chemin vers la compréhension de sa sexualité peut être sinueux et changeant, et c’est normal.

21. « La lesbienne identifiée comme telle (Queer-Identified Lesbian)

Enfin, les lesbiennes identifiées par le terme « queer » sont des personnes qui s’identifient au terme plus large de « queer » tout en reconnaissant leur attirance exclusive pour les femmes. Le terme « queer » englobe toutes les identités non hétéronormatives, ce qui permet aux individus de s’affranchir des limites des étiquettes.

Ces femmes peuvent choisir le terme « queer » comme une déclaration politique, un rejet des normes sociétales ou parce qu’elles estiment qu’il reflète mieux leur expérience fluide du genre ou de la sexualité.

Les lesbiennes queer-identifiées soulignent l’évolution du langage autour de l’orientation sexuelle et l’importance de trouver des termes qui résonnent avec nos expériences personnelles. Elles célèbrent la croissance et l’expansion du parapluie LGBTQ+.

Ce que tout le monde devrait savoir sur les types d’étiquettes lesbiennes

Avant de conclure, prenons le temps de discuter de quelques points essentiels que tout le monde devrait comprendre en ce qui concerne ces étiquettes et la communauté lesbienne dans son ensemble. Comprendre ces nuances permet non seulement d’apprécier la diversité au sein de la communauté, mais aussi d’encourager des interactions plus respectueuses et plus significatives.

  • Ces étiquettes sont descriptives et non prescriptives : Considérez ces étiquettes comme des panneaux de signalisation, et non comme des cases. Elles sont utilisées par des personnes qui estiment qu’un terme particulier correspond à leur expérience et à leur image de soi. Ils sont destinés à renforcer et à faciliter l’expression personnelle, et non à restreindre ou à stéréotyper.
  • La sexualité est fluide : Les étiquettes peuvent changer avec le temps, et c’est tout à fait normal. La compréhension qu’ont de nombreuses personnes de leur propre sexualité évolue au fur et à mesure qu’elles grandissent et acquièrent des expériences de vie. Il est essentiel de respecter l’auto-identification de chaque individu et de reconnaître le potentiel de changement et de croissance.
  • Le respect est primordial : Il est essentiel de respecter la manière dont les personnes choisissent de s’identifier. Même si vous ne comprenez pas toutes les subtilités de chaque étiquette, vous devez toujours traiter tout le monde avec dignité et respect.
  • Les individus sont plus que des étiquettes : Rappelez-vous toujours que chaque lesbienne est une personne aux multiples facettes, avec des expériences, des intérêts et des ambitions uniques. Leur identité lesbienne n’est qu’un aspect de ce qu’elles sont.

Ainsi, la prochaine fois que vous rencontrerez ces étiquettes, gardez à l’esprit ce qu’elles représentent : la diversité, l’expression de soi et l’identité personnelle. Ce sont des outils qui permettent de mieux comprendre et de célébrer le spectre vibrant de la communauté lesbienne.

Discover the diversity of distinct types of lesbians. Understand these identities to foster inclusivity and respect within the LGBTQ+ community.