La géographie de la solitude

 Wikiart/Public Domain
« Schlemihls dans la solitude de la chambre », vers 1915, par Ernst Ludwig Kirchner. Le tableau fait référence à un conte allemand qui raconte l’histoire d’un homme qui vend son ombre pour s’enrichir à l’infini, avant d’être mis au ban de la société.
Source : Wikiart/Domaine public

« C’est donc ça l’enfer… tout ce qu’on nous a dit sur les salles de torture, le feu et le soufre… il n’y a pas besoin de tisonniers chauffés au rouge. L’enfer, c’est les autres ! » C’est ce que dit Garcin, journaliste et homme de lettres, déserteur, l’un des trois « absents » enfermés ensemble pour toujours dans la pièce de Jean-Paul Sartre, No Exit, écrite dans les années 1940.(Vintage International Edition, 1989) « Chacun de nous sera le tortionnaire des deux autres ». « Chacun doit essayer d’oublier que les autres sont là. » « C’est complètement absurde », dit un autre. « Je vous sens par tous les pores. »

La capacité paradoxale d’être seul en présence d’une autre personne est l’un des signes les plus importants de la maturité émotionnelle.( Winnicott, International Journal of Psychoanalysis, 1958) La version sartrienne de « la familiarité engendre le mépris » est au moins aussi ancienne que le philosophe hollandais et érudit chrétien du XVIe siècle, Érasme(Oxford English Dictionary.) Quel genre d’enfer y a-t-il quand il n’y a personne d’autre ?

Dans « The Lonely » de Rod Serling(Twilight Zone, saison 1, épisode 7, 1959), Corey, un homme qui a tué en état de légitime défense, est condamné à un isolement social total sur un astéroïde situé à des millions de kilomètres de la Terre. Quatre fois par an, un vaisseau spatial arrive pour lui apporter des provisions et reste 15 minutes, même pas le temps de jouer aux dames ou aux cartes. Il dit au capitaine qu’il « meurt de solitude, à l’agonie ».

 Wikimedia Commons/ GNU Free Documentation License 1.2, Creative Commons Attribution-Share Alike/BradBeattie.
Un robot « humanoïde » japonais, Repliee Q2, pris à Index Osaka, 2006.
Source : Wikimedia Commons/ GNU Free Documentation License 1.2 : Wikimedia Commons/ GNU Free Documentation License 1.2, Creative Commons Attribution-Share Alike/BradBeattie.

Le capitaine, appréciant cette  » punitioncruelle et inutile », a pitié de lui et lui apporte une énorme caisse avec Alicia, physiologiquement et psychologiquement un « être humain » doté de sentiments et de parole. « Je n’ai pas besoin d’une machine – vous vous moquez de moi – vous êtes un morceau de métal », dit Corey. Lorsqu’il admet qu’il est sur le point de perdre la tête à cause de la solitude, Alicia se met à pleurer et dit : « Moi aussi, je peux ressentir la solitude, Corey ». Au cours des onze mois suivants, ils développent une « relation étrange et bizarre » et Corey, qui ne se sent plus seul, en vient à aimer Alicia.

l’article continue après l’annonce

Lorsque le navire de ravitaillement arrive et annonce qu’il a été gracié et qu’ils doivent partir immédiatement, Corey insiste sur le fait qu’il ne partira pas sans Alicia. Le capitaine lui dit qu’il n’a pas le choix et tire sur Alicia au visage. Corey voit alors que la tête d’Alicia n’est plus que métal et fils. Le capitaine lui dit : « Tout ce que vous laissez derrière vous, c’est la solitude. »

 Wikimedia Commons/Public Domain, National Gallery of Norway, Oslo.
Autoportrait à la grippe espagnole » d’Edvard Munch, 1919. En raison du COVID-19, de nombreuses personnes à travers le monde sont contraintes à l’isolement, comme cela a été recommandé lors de la pandémie de grippe espagnole au début du 20e siècle.
Source : Wikimedia Commons/Public Domain : Wikimedia Commons/Public Domain, Galerie nationale de Norvège, Oslo.

De nombreuses personnes à travers le monde ont récemment fait l’expérience de la quarantaine obligatoire ou de l’auto-quarantaine, précipitée par les tentatives d’endiguer la pandémie de COVID 19, mais la solitude et l’isolement social ne sont pas des phénomènes nouveaux ou rares au sein de la population mondiale. Quelles sont les différences entre l’isolement social et la solitude ?

La solitude est en fait une  » émotionmoderne » (p. viii) dont la signification a évolué au fil du temps. (p. 18) (Alberti, A Biography of Loneliness, 2019) Avant le XVIIIe siècle, elle ne faisait pas partie de la littérature médicale : (p. 21) il n’y a aucune mention de la solitude dans l’Anatomie de la mélancolie de Robert Burton, 1621. (p. 26) À l’origine, il y avait le concept d’oneliness, un sentiment de solitude, tel que décrit dans Robinson Crusoé de DeFoe (1719), l’histoire d’un homme qui a passé 28 ans seul sur une île isolée. (p. 20) Ce n’est qu’après 1800 que son sens contemporain est apparu, (p. 10) et ce n’est que récemment que nous avons pris conscience des conséquences pathologiques, mentales et physiques, de la solitude. (p. 18)

 Metropolitan Museum of Art, NYC/ Public Domain. Gift of Jonathan Sturges by his children, 1895.
Le tableau « Dans les bois » de l’artiste américain Asher Brown Durand, 1855. La nature peut offrir un répit bienvenu à la solitude.
Source : Metropolitan Museum of Art, NYC/ Public Domain : Metropolitan Museum of Art, NYC/ Public Domain. Don de Jonathan Sturges par ses enfants, 1895.

La solitude est un sentiment subjectif négatif associé à l’absence perçue d’un réseau social plus large(solitude sociale) ou à l’absence d’un compagnon spécifique(solitude émotionnelle) (Fakoya et al, BMC Public Health, 2020) « Dans la solitude, nous sommes inarticulés. Il n’y a pas de mots. C’est l’agonie… et la honteintense… il n’est pas du tout acceptable de dire ‘je suis seul’. Et puisqu’il s’agit d’une question subjective, nous ne pouvons dire à proprement parler que ‘je suis seul’, et non ‘il est seul' ». (Hobson, Journal of Analytic Psychology, 1974)

l’article continue après l’annonce
 Wikiart/Public Domain
Solitude, paysage de Huelgoat » de Paul Serusier, vers 1892. Musée des Beaux-Arts de Rennes, France. La solitude peut être la bienvenue, mais tout dépend si la personne estime qu’elle a le choix d’être seule. La femme de ce tableau ne semble pas en paix avec sa solitude.
Source : Wikiart/Domaine public

« Une partie de la raison pour laquelle la solitude est si difficile à voir chez les autres, explique Alberti (2019), est qu’il ne s’agit pas d’un état émotionnel unique… et qu’elle n’est pas signifiée par un ensemble distinct de gestes socialement compris…. » Les personnes seules peuvent être tristes, mais aussi « en colère, rancunières, honteuses, résignées ou même en paix. » (p. 200) De plus, comme la solitude est un « état totalement subjectif » et qu’il ne s’agit pas nécessairement d’être seul, quelqu’un peut se sentir seul au milieu d’une foule. (p. 139)

La solitude a été décrite comme un  » sentiment douloureux  » de déconnexion (Alberti, 2019, p. viii) ; un « ensemble complexe de sentiments qui surviennent lorsque les besoins intimes et sociaux ne sont pas satisfaits de manière adéquate » (Cacioppo et al, Journal of Research in Personality, 2006) ; « des sentiments de détresse qui découlent de la perception individuelle d’une personne de l’inadéquation de ses relations sociales » (Brown et al, Psychophysiology, 2018) ; « une absence expérimentée de contact social, d’appartenance ou un sentiment d’isolement – un décalage perçu entre les besoins sociaux et leur disponibilité dans l’environnement » (Beutel et al, BMC Psychiatology, 2017). (Beutel et al, BMC Psychiatry, 2017) En outre, la solitude peut avoir des aspects structurels (c’est-à-dire la mesure dans laquelle les relations sont présentes) ; des aspects fonctionnels (c’est-à-dire la mesure dans laquelle on peut compter sur les autres) ; ou des aspects qualitatifs (c’est-à-dire la mesure dans laquelle les autres peuvent satisfaire) (Holt-Lunstad, Public Policy & Aging Report, 2017)

Wikimedia Commons/Public Domain
Séparation » d’Edvard Munch, 1896, Musée Munch, Oslo, Norvège. La séparation d’avec les êtres chers est une source importante de solitude.
Source : Wikimedia Commons/Public Domain : Wikimedia Commons/Domaine public

L’isolement social est un concept multidimensionnel impliquant un manque objectif ou une pénurie d’interactions sociales avec les amis, la famille et la communauté, et il y a « beaucoup moins de consensus sur la définition de l’isolement social » (Fakoya et al, 2020). (Fakoya et al, 2020) Cependant, la solitude et l’isolement social ont des conséquences physiques et psychologiques importantes pour les personnes et constituent « des risques de santé publique graves mais sous-estimés », en particulier dans la population américaine âgée.(Social Isolation and Loneliness in Older Adults, National Academy of Sciences, 2020, qui contient une vaste bibliographie). Ceci est la première partie d’un article en deux parties. Dans la deuxième partie, j’aborderai certaines des conséquences physiques et émotionnelles de la solitude et de l’isolement. Je remercie tout particulièrement Judy Salerno, M.D., M.S., présidente de l’Académie de médecine de New York, d’avoir suggéré ce sujet pertinent et d’actualité.

Ceci est la première partie d’une série. Veuillez consulter la partie 2 ici.