Après le jour de l’élection : Comment mieux s’écouter les uns les autres

Mimi Thian/Unsplash
Source : Mimi Thian/Unsplash Mimi Thian/Unsplash

Les prochaines semaines seront un défi pour nous tous. Dans une société polarisée, comment pouvons-nous mieux écouter ? Apprendre à écouter plus profondément est une tâche qui dure toute la vie. La santé de nos écoles, de notre lieu de travail, de nos familles, dépend du sentiment d’être écouté et entendu. La capacité d’écoute est une compétence qui se fait rare de nos jours. Nous devons la pratiquer.

Voici quelques « meilleures pratiques » en matière de compétences d’écoute que nous avons développées dans le cadre de notre travail avec les écoles à l’Institut Stanley King.

Votre attitude fondamentale : rôles communautaires et dignité humaine

À l’école ou sur le lieu de travail, quelle que soit la différence de pouvoir, réelle ou perçue, pouvez-vous écouter votre collègue comme un partenaire dans votre travail commun ? Les personnes avec lesquelles vous travaillez se sentent-elles entendues et comprises par vous ? Pouvez-vous considérer les points forts des autres comme un complément précieux à vos compétences et non comme une menace pour votre position ou votre autorité ?

Il en va de même pour les familles : pouvez-vous vous écouter les uns les autres en étant conscients de la dignité humaine dont toute personne a besoin pour se sentir en sécurité et entendue ?

Développez vos capacités d’écoute

Travaillez à prendre conscience de vos stéréotypes et de vos idées préconçues et mettez-les de côté lorsque vous écoutez les autres.

Soyez attentif à l’envie de rejeter les points de vue avec lesquels vous n’êtes pas d’accord.

Que vous soyez d’accord ou non, pouvez-vous écouter quelqu’un qui vous explique quelque chose ?

Voici quelques moyens concrets pour y parvenir :

Encouragez l’autre personne à expliquer comment elle est parvenue à ses convictions. « J’aimerais comprendre votre point de vue. Expliquez-moi comment vous en êtes arrivé à cette conviction. »

l’article continue après l’annonce

Apprenez à résumer et à paraphraser ce qui vous est dit afin de vous assurer que vous entendez bien votre interlocuteur. « Voyons si j’ai bien compris… » « Voici ce que je vous entends dire….Est-ce que j’ai bien compris ? »

En d’autres termes, répétez ce que vous avez entendu l’autre personne dire (en résumant et en paraphrasant). Demandez-lui de confirmer que ce que vous avez entendu est bien ce qu’il a dit, sans interprétation ni ajout.

Ne pas interrompre.

Ne discutez pas.

Tonalité

Essayez d’adopter un ton qui témoigne d’une véritable curiosité plutôt que de juger la personne en l’invitant à se justifier.

Prenez conscience du fait que votre intention est d’ouvrir ou de fermer l’autre personne. Écoutez-vous avec une véritable curiosité et un intérêt compatissant ?

« Dialogue et réparation » dans les relations

Entraînez-vous et approfondissez votre capacité à « rembobiner et réparer » lorsque le dialogue est menacé.

Ayez le courage d’être attentif aux moments inconfortables d’une interaction.

Pouvez-vous dire : « J’ai l’impression qu’il s’est passé quelque chose qui vous (ou moi) a mis mal à l’aise. Pouvons-nous revenir en arrière et recommencer ? »

Pouvez-vous demander : « Avez-vous l’impression que je vous entends ? » et écouter la réponse ?

Êtes-vous en mesure de résumer ce qui a été dit à la satisfaction de vos collègues ?

Identifier et clarifier les valeurs fondamentales communes

Des questions clés auxquelles nous devons tous répondre concernant nos valeurs :

Qu’est-ce qui vous permet d’être membre de votre foyer, de cette institution, de votre communauté, de notre nation ?

l’article continue après l’annonce

Qui a le sentiment d’être un membre apprécié et qui ne l’a pas ?

Qui se sent aliéné et pourquoi ?

Qui se sent en danger dans cette communauté ?

Qu’est-ce qui vous donne le sentiment de faire partie de la communauté ?

Rappelez-vous : De petits changements de comportement peuvent entraîner de grands changements dans le bien-être de la communauté.