11 raisons pour lesquelles les coureurs ont plus de chances de réussir

En tant qu’athlète de longue distance, on me demande souvent : « Pourquoi diable passez-vous autant de temps sur votre course à pied ? » Ma réponse se résume souvent à un simple rire ou à une réplique : « C’est un hobby ! » La réalité est pourtant la suivante : la course à pied est synonyme de réussite. Bien que tous les coureurs ne réussissent pas, il y a des raisons claires et nettes pour lesquelles les coureurs sont susceptibles de réussir.

Après avoir couru plus de 30 marathons, 15 ultra-marathons et 4 marathons Comrades, je peux affirmer avec certitude que la course à pied est synonyme de succès. J’ai couru avec des chefs d’entreprise, des cadres, des managers, des superviseurs et des entrepreneurs. Mais le succès ne se limite pas à la réussite financière ou professionnelle. Parce que la course à pied vous donne tellement de temps pour discuter avec d’autres coureurs, j’ai eu des conversations avec de nombreux athlètes qui occupent des « emplois discrets » dans la société. Ainsi, en discutant avec des coureurs tels que des agents de sécurité, j’ai souvent constaté que la course à pied leur apportait une réussite et un contentement dans la vie qui dépassaient largement les limites des finances et d’une profession.

Dans cette mesure, ma définition du succès est de vivre une vie épanouie et équilibrée.

Dans ce billet, j’aimerais partager avec vous 11 raisons pour lesquelles les coureurs sont susceptibles de réussir.

1. Ils comprennent l’importance de se fixer des objectifs

La fixation d’objectifs est essentielle. En 1979, la question suivante a été posée aux étudiants diplômés du programme MBA de Harvard : « Avez-vous fixé par écrit des objectifs clairs pour votre avenir et fait des plans pour les atteindre ? ». Résultat : seuls 3 % d’entre eux avaient des objectifs et des plans écrits. 13 % avaient des objectifs, mais ils n’étaient pas écrits. 84 % n’avaient aucun objectif.

Dix ans plus tard, le même groupe a été à nouveau interrogé et les résultats ont été absolument stupéfiants. Les 13 % de la classe qui avaient des objectifs, mais ne les avaient pas écrits, gagnaient deux fois plus que les 84 % qui n’avaient pas d’objectifs. Les 3 % qui avaient des objectifs écrits gagnaient, en moyenne, dix fois plus que les 97 % restants de la classe réunis !

Rien d’important ne peut être réalisé si l’on ne se fixe pas d’objectifs clairs et forts. Les coureurs se fixent des objectifs en permanence. L’entraînement à la vitesse est motivé par des objectifs. L’entraînement en côte est motivé par des objectifs. Les courses longues sont basées sur des objectifs. Les courses sont motivées par des objectifs. En fait, manquer certains de ces objectifs peut être un véritable crève-cœur (nous y reviendrons plus loin dans ce billet).

2. Ils mesurent les progrès accomplis

Les coureurs sont obsédés par les gadgets. Pourquoi ? Parce que ces gadgets mesurent presque tout : vitesse, fréquence cardiaque, distance, moyennes, etc. Toutes ces données sont importantes et sont analysées par les coureurs pour mesurer leurs progrès.

ADVERTISING

3. Ils apprécient le temps

Le temps est un facteur essentiel pour les coureurs. Les courses commencent rapidement. Courir après une course parce qu’on est en retard, ce n’est pas cool. Lors d’un événement comme le marathon des camarades, UNE seconde peut briser vos rêves. Demandez à ceux qui ont terminé la course en 12 heures et 1 seconde.

Plus tôt, j’ai parlé de la douleur de manquer des objectifs. Comme Comrades a de nombreux points d’arrêt, imaginez le mal de cœur de vous faire arrêter parce que vous avez quelques secondes de retard. Pour les coureurs, une seconde est la différence entre une médaille et une absence de reconnaissance. Une seconde, c’est la différence entre des larmes de joie et des larmes de chagrin.

Vous trouverez ci-dessous une photo de coureurs qui ont été interrompus lors du marathon des camarades 2015. Elle montre comment quelques secondes ou minutes peuvent conduire à des maux de cœur.

cut off

    L’image dit des milliers de mots.

    4. Ils sont très disciplinés

    L’entraînement pour une épreuve de longue durée – marathons et plus – exige de l’autodiscipline.

    Il faut des mois de constance, de sacrifices et d’efforts, qui dépendent tous de cette caractéristique vitale qu’est l’autodiscipline.

    5. Ils savent surmonter les obstacles

    Pendant l’entraînement, les coureurs traversent des périodes de blessures, de maladie et de fatigue – physiquement et mentalement.

    Lors d’événements extrêmes comme le marathon des camarades, les coureurs sont confrontés à des obstacles épuisants. Des distances folles aux conditions météorologiques difficiles, les coureurs doivent relever des défis qui font ressortir le meilleur d’eux-mêmes.

    ADVERTISING

    6. Ils sont patients

    Les coureurs apprécient le processus. Dans un monde de raccourcis et de manipulations, les coureurs comprennent que la meilleure façon de réussir est de faire preuve de patience. La patience vous permet d’acquérir de l’endurance. La patience vous enseigne l’humilité. Dans tous ces enseignements, les coureurs apprennent que le chemin le plus long vers le succès consiste à prendre des raccourcis.

    La patience n’est donc pas négociable !

    7. Ils savent que la compétition avec les autres n’est pas la chose la plus importante

    La compétition est une excellente chose. Elle vous améliore et fait de vous une meilleure personne. Cependant, vous devez considérer la compétition sous le bon angle. Si la compétition avec les autres est formidable, l’idéal est de se mesurer à soi-même. De cette façon, vous ne devenez pas jaloux. Vous n’êtes pas dévasté par le succès des autres parce que vous savez que votre tour de réussir viendra. Et lorsque ce sera le cas, ce ne sera pas nécessairement dans la même mesure que les autres.

    Votre vie est-elle équilibrée ?

    Évaluez l’équilibre de votre vie à l’aide de notre auto-évaluation Temps/Vie et obtenez gratuitement un rapport personnalisé.

    Vous découvrirez vos points forts en matière de gestion du temps, vous découvrirez des opportunités cachées et vous façonnerez votre vie comme vous l’entendez.

    Faites l’évaluation gratuite

    8. Ils construisent des réseaux

    Qu’il s’agisse d’entraînements ou de courses, les coureurs rencontrent des centaines de personnes. En raison de la nature de la course de fond, vous pouvez passer des heures sur la route à interagir avec d’autres personnes. Cette interaction permet de nouer des relations. Ces relations permettent de tisser des réseaux complexes, qui sont autant d’ingrédients nécessaires à la réussite.

    9. Le budget

    Les coureurs participent à de nombreux événements au cours d’une année donnée. Certains de ces événements se déroulent en dehors de la ville et entraînent des frais de déplacement et d’hébergement. Ils sont donc contraints d’établir un budget à l’avance pour éviter les coûts élevés des réservations de dernière minute. L’établissement d’un budget est essentiel pour réussir dans la vie.

    10. Ils comprennent le pouvoir de l’effet de levier

    La photo ci-dessous en dit long :

    going far

      Pour les coureurs, ils comprennent la puissance du travail d’équipe. C’est pourquoi ils se joignent souvent à une foule de coureurs ayant un « meneur d’allure », ce que nous appelons communément des « bus » en Afrique du Sud. S’il n’y a pas de foule, ils courent par groupes de deux à quatre coureurs. Pourquoi ? Parce qu’ils savent que l’effet de levier est puissant.

      Lorsque vous courez en équipe, vous pouvez vous encourager les uns les autres et partager la charge et les efforts. Vous pouvez également glaner et apprendre des plus forts. En fin de compte, en équipe, on peut aller loin. Le succès, c’est d’aller loin, pas de sprinter.

      11. Ils considèrent l’échec différemment

      L’échec devient temporaire si l’on adopte la bonne perspective. TOUT LE MONDE échoue dans la vie. La différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent est que ceux qui réussissent considèrent l’échec comme temporaire.

      Comme vous pouvez le voir sur le post Facebook ci-dessous, les coureurs apprennent de l’échec : les coureurs apprennent de l’échec. Ils considèrent l’échec comme une transition nécessaire vers le succès. Une transition qui leur permet de se relever, de retenter leur chance et de persévérer.

      1_finish_from_8_starts

        La réussite n’est pas un processus automatique. Il nécessite un certain type d’état d’esprit. Elle exige également un mode de vie particulier, fait d’habitudes productives.

        ADVERTISING

        La course à pied est une discipline sportive impressionnante qui développe en vous des caractéristiques qui ne peuvent être manipulées. Il n’est pas étonnant qu’Oprah Winfrey et Sean Combs, alias Puff Daddy, aient tous deux couru le marathon en 1994 et 2003 respectivement.